Qualité de Vie

QUALITÉ DE VIE

il s’agit de la maladie cutanée où le taux de suicide est le plus élevée et la qualité de vie la plus basse. 


woman-1987813 1920


De nombreuses études observationnelles ont mis en évidence un retentissement plus important sur la qualité de vie dans l’HS comparée aux autres maladies dermatologiques (von der Werth et al. 2001, Wolkenstein P et al 2007, Matusiak et al. 2010, Onderdijk et al. 2013). 

Les facteurs associés à une qualité de vie moindre, retrouvés dans la littérature sont principalement le degré de sévérité de la maladie et le nombre de sites cutanés atteints (von der werth et al 2001, Wolkenstein et al. 2007, Matusiak et al. 2010), ainsi que la présence de lésion ano-génitales (Matusiak et al. 2010). 

Certains auteurs soulignent le fait que les patients souffrent souvent de leur maladie « en silence » (von der werth et al 2001, Esmann et al. 2011) et plusieurs études décrivent une association entre l’HS et la dépression (Onderdijk et al. 2013, Sampogna et al. 2017) 

Une évaluation de l’impact sur la qualité de vie par les médecins semble donc indispensable (von der werth et al 2001 Esmann et al. 2011) pour améliorer la prise en charge des patients. 

L’évaluation de la qualité de vie par les médecins devrait tenir compte des aspects suivants (McLellan et al. 2017) :

 - évaluation des symptômes

  • douleur (Horvath et al. 2015), 
  • odeur
  • prurit 

 

- retentissement sur les activités de la vie quotidienne

  • limitation des activités professionnelles (Esmann et al. 2011), 
  • sexuelles (Janson et al. 2017, Sampogna et al. 2017), sociales ; 


- conséquences émotionnelles 

(McLellan et al. 2017) recherche d’une anxiété et d’une dépression associée. 


De plus une revue Cochrane en 2016 complète l’évaluation à l’aide :

  • du nombre de lésions 
  • le PGA 
  • l’auto-évaluation globale du patient 
  • le taux de récidives, 
  • la satisfaction globale sous traitement 
  • la morbidité fonctionnelle, 
  • la durée de rémission  
  • l’atteinte esthétique 


Ces critères pourraient être utilisés à la fois pour l’évaluation des interventions médicales et chirugicales. (Ingram et al BJD 2016) 


Copyright et autres scripts : Tous droits réservés Marie-France Bru-Daprés 1999-2020 / Carte du site / Politique éditoriale / Politique de confidentialité