Maladie de Verneuil consécutive à une vaccination par Gardasil ?


Reportage de France 3 PACA


Les médecins de notre Comité Scientifique réagissent !

Dr Aude Nassif - Dermatologue à l'Institut Pasteur de Paris  et Présidente du Comité Scientifique de l'AFRH
Il paraît tout à fait anti-scientifique à cause d'une coïncidence de 2 faits de les relier l'un à l'autre.
Le même jour où cette patiente a démarré sa maladie de Verneuil, elle a mangé, elle s'est lavée: pourquoi n'incrimine-t-elle pas la nourriture qu'elle a mangé ce jour-là ou le savon qu'elle a utilisé sur sa peau ce jour-là?
Soyons raisonnable, la maladie de Verneuil existe depuis plus de 100 ans au moins et il n'y avait à l'époque ni vaccin, ni Gardasil, cela n'a pas empêché les patients de développer la maladie, hélas!
En tant que présidente du comité scientifique et médecin amenée à m'intéresser de près à cette maladie, j'aimerais que le problème soit aussi simple: il suffirait de dire à tous les patientes de ne pas se faire vacciner par le Gardasil pour ne jamais avoir de maladie de Verneuil...comme cela, elles pourraient garder un espoir de pouvoir mourir un jour d'un cancer de l'utérus au moins...
Cette patiente réalise-t-elle qu'il y a bien des  facteurs prédisposants à la maladie de Verneuil tels que le diabète, la prise de cortisone en comprimés ou en piqûre et/ou la prise d'anti-inflammatoires (et ceux-là sont bien réels en l'absence de Gardasil!)?
  
Docteur Aude Nassif 

Dr Alain Barthélémy - Spécialiste en Médecine Hyperbare et membre du Comité Scientifique de l'AFRH
L’évaluation thérapeutique et l’innocuité d’un médicament sont évaluées en laboratoire et chez l’animal avant d’entrer en phase de recherche clinique où il est administré chez l’homme avant son AMM (Autorisation de Mise sur le Marché). Cette façon de procéder garantit un maximum de sécurité. Malgré toutes ces précautions un effet délétère est toujours possible mais que l’on retrouvera sur plusieurs personnes. Le reportage met en cause le Gardasil comme facteur déclenchant d’une maladie de Verneuil chez une, voire deux jeunes filles ; cette information n’est scientifiquement ni statistiquement recevable ; elle est comparable à celle qui consisterait à rattacher une mort subite ou je ne sais quelle affection médicale après absorption d’un verre d’eau. Il faut savoir premièrement que, en dehors de toute cause vraiment connue, la maladie de Verneuil apparaît plus volontiers chez les adolescentes et les femmes jeunes ce qui est malheureusement le cas de la patiente dont il est question. Deuxièmement, plus de 13 millions de jeunes filles et de jeunes femmes dans le monde ont été vaccinées par le Gardasil et la littérature médicale internationale ne rapporte aucune relation avec la maladie de Verneuil.
En tant que soignant et membre du Conseil Scientifique de l’AFRH je qualifierai plutôt de « désinformation » les images qui sont publiées sur le site de France 3.
 
Docteur Alain BARTHELEMY
 
Copyright et autres scripts : Tous droits réservés Marie-France Bru-Daprés 1999-2017 / CARTE DU SITE / Politique éditoriale