Critères du diagnostic


bannieresolitude

CRITÈRES DU DIAGNOSTIC


Affiches HS 2019 02


Par méconnaissance de la pathologie, le délai actuel de diagnostic de la maladie de Verneuil est en moyenne de 8 années ! Ce délai est évidemment bien trop long.

Permettre un diagnostic plus précoce est important à nos yeux. Cela fait l’objet de notre
 campagne « Tous en coeur pour lutter contre Verneuil »

Affiche-Verneuil-handicap-invisible-A3


Comment le médecin pose-t-il son diagnostic ?

Pour diagnostiquer la maladie de Verneuil, votre médecin vous posera des questions sur le début de votre maladie, un éventuel facteur déclenchant et sur son évolution. ll procèdera à un examen clinique très attentif de votre peau.

Le diagnostic est uniquement clinique. Il repose sur un ensemble de 3 critères :

  • Nodules et abcès douloureux évoluant vers la suppuration, la fistulisation et/ou la formation de cicatrices.
  • Localisations typiques : aisselles, plis inguinaux, région périanale et/ou périnéale, seins et plis sous-mammaires, pli inter-fessier, pubis.
  • Caractère chronique et récidivant des lésions : au moins 2 poussées en 6 mois.

Toute lésion nodulaire ou kystique, tout abcès situé dans les régions axillaires, inguinales, périnéale ou mammaires, doit faire évoquer le diagnostic de maladie de Verneuil.

Aucun examen complémentaire n’est nécessaire au diagnostic de maladie de Verneuil.


Évaluer la sévérité de votre maladie de Verneuil...
Les dermatologues emploient des “scores” pour évaluer de manière précise la sévérité de votre maladie de Verneuil. Ainsi, ils peuvent compter le nombre de lésions, évaluer le nombre de zones affectées, la surface de la peau touchée par la maladie et l’importance de l’inflammation.

... et ses conséquences dans votre vie quotidienne.
On peut aussi analyser et même “quantifier” l’impact psychologique et social de la maladie de Verneuil, grâce à des questionnaires spécifiques. En 10 questions simples*, le dermatologue peut savoir à quel point la maladie de Verneuil affecte physiquement et socialement la vie d’une personne, et peu aussi évaluer l’efficacité du traitement.

Quoi qu’il en soit, vous ne devez pas hésiter à parler à votre médecin des éventuelles conséquences que pose votre maladie de peau dans votre quotidien.

* Grâce au questionnaire de l’Index Dermatologique de Qualité de Vie (DLQI).


Copyright et autres scripts : Tous droits réservés Marie-France Bru-Daprés 1999-2020 / Carte du site / Politique éditoriale / Politique de confidentialité